Le Maroc serait-il le pays du football? En tout cas il y a des signes forts :

  • Les gamins qui jouent n'importent où dans la rue
  • Les mecs des quartiers avec qui j'avais déjeuné l'autre fois près du quartier des Habbous qui étaient à fond pour leur équipe : l'un le WAC, l'autre le Raja, les 2 équipes de Casa qui s'affrontaient en derby ce week-end (rassurez-vous ils ont fait match nul et tout le monde est resté copains)
  • Notre proprio : Mohamed Houmane Jarir. Oui, LE Mohamed Houmane Jarir qui a ouvert la marque à la 21ème minute du match contre l'Allemagne le 3 juin 70 au stade Stade Guanajuato lors du Mondial 1970. Bon les boches ont fini par l'emporter mais il est toujours une star dans le quartier.


Devant tant de pression j'étais obligé de m'y mettre. Benoit me pardonnera mais je suis déjà allé jouer 2 fois au foot avec des mecs rencontrés par hasard (un pour un entretien d'embauche, l'autre pour une visite d'apparte).

1970 - Mexique (31 mai-21 juin) : le Maroc avec les honneurs

Le Maroc qui a éliminé le Sénégal, le Soudan, la Tunisie et le Nigeria va mener la vie dure à ses adversaires. Entraîné par le Yougoslave Blagoje Vidinic le représentant africain ne s'incline à Léon face à l'Allemagne que sur un coup de patte de Gerd Müller à dix minutes de la fin de la rencontre (1-2). Maaroufi, Larbi, Hallal, Faras, y ont longtemps cru. Eux qui avaient ouvert le score par Houman en première période.
Malgré le revers subi lors de la deuxième rencontre disputée seulement deux jours après face au Pérou de Cubillas et Chale ( 0-3), les "Lions de l'Atlas" qui ont déjà conquis le public aztèque, se ressaisissent admirablement face à la Bulgarie. Le remuant Ghazouani répond à un but de Jetchev pour arracher le point du match nul (1-1). Le premier point africain en phase finale.
"Cette Coupe du Monde aura été la véritable rampe de lancement du football au Maroc", dira Driss Bamous, le capitaine de la sélection royale.